Comment gérer les idées mystiques envahissantes?

Vous savez que vous vivez quelque chose de particuliers, quelque chose de fort et d’important.

Vous faites des découvertes, vous vous sentez à nouveau connecté aux choses et aux autres. Vous apprenez et vous avancez.

Cependant vous avez aussi la sensation que vous perdez le contrôle de votre vie. Il y a trop de choses, cela va trop vite. Trop d’évènements en même temps qui vous dépassent.

En apprivoisant ses croyances...

Quelques exemples de préceptes

  • Non certitude absolue en sa croyance des phénomènes
  • Il y a toujours une part de mystère, lacher prise, l’accepter…
  • Les croyances sont personnelles, de l’ordre du vécu, de l’expérience. On n’a pas à apporter une preuve…
  • Ne pas se sentir supérieur aux autres
  • Cultivez le lacher prise. Tout ne peut aboutir forcément. Avancez pas à pas. Le chemin importe parfois plus que le résultat.
  • Les actions doivent être concrètes. Vous devez être rattachés(e) et ancré(e) au monde réel.
  • Communiquez en exprimant ce que vous avez sur le coeur, parlez de vos émotions plutôt que d’expliquer des faits.
  • Réussissez à communiquer avec quelqu’un d’extérieur ou publiquement sur son passé et ses troubles au fur et à mesure du processus de rétablissement.

Comment faire face au sentiment oppressant de paranoïa?

Mettre en place un système de protection selon les situations perturbantes qui permette de toujours avancer, de lutter contre les superstitions. Par exemple;

  • La météo est très mauvaise —-> N’aie pas peur
  • Il fait très beau —-> Vas y, c’est bon
  • J’ai croisé un chat noir —-> Sois sans crainte
  • Etc….

Comment s’affirmer?

«Se sentir fou» c’est comme être dépossédé de soi même, c’est perdre son identité.

Si vous vivez des phénomènes, des expériences qui ne sont pas explicables, Sont elles fausses pour autant? Qui a le droit d’en décider?

Beaucoup de personnes croient en dieu, sont-elles pour autant folles?

Si vous vous mettez en danger ou si vous mettez en danger les autres alors vous pouvez être dit «en délire, fou ou folle».

Apprenez donc à contrôler ce que vous vivez…et conserver votre équilibre…

Écrire, mettre sa vie en mots sans prétention. Écrire ses expériences, ses sentiments, ce que l’on vit.

Le faire de façon régulière sur plusieurs périodes, même s’il y a plusieurs années sans écrire. Cela permet le recul, de voir l’évolution, de comprendre quels sont les évènements importants qui impactent la vie.

Si vous avez des idées de grandeur, si vous vous sentez proche du Christ, êtes vous pour autant dérangé(e), délirant(e)?

Ne peux-t-on pas simplement supposer qu’il y a une part de sainteté en vous et que celà n’est pas si extraordinaire?

Texte produit par Opalerev

Call Now Button